Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

VOICI TA MÈRE

Vierge Simon MarmionJésus a donné à Jean et aux apôtres durant ses trois années de vie apostolique, le mystère de sa parole. Le mystère de son silence, les apôtres ne l’avaient pas compris. C’est en donnant Marie à Jean qu’il lui donne le silence très intime de son Cœur. Dans sa Nativité le petit enfant Jésus ne parle pas. C’est le Verbe de Dieu qui est silencieux dans ce cœur, dans cette intelligence d’enfant. Il se donne en étant parfaitement conscient, mais à la manière d’un tout petit. Le premier enseignement de Jésus venant en ce monde est un enseignement de silence, d’un silence signe d’un amour plénier, surabondant, qui se communique par les premiers battements de son cœur. Le premier battement du cœur du tout petit enfant Jésus et la blessure béante du Crucifié expriment ce que la parole humaine ne peut dire : l’excès de l’amour divin du Fils pour son Père et pour les hommes. Jésus crucifié donnant à Jean sa Mère lui donne par le fait même ce premier enseignement du silence de son cœur pour le disposer à recevoir son ultime enseignement silencieux : celui de son Cœur blessé. Marie a pu comprendre, vivre intimement de tout l’enseignement du Christ, parce qu’elle avait d’abord vécu de son silence.

Il faudra que Jean se mette à l’école de Marie pour pouvoir recevoir d’elle cet enseignement tout à fait divin, cet enseignement silencieux de l’amour. Certes, l’enseignement du Christ est parfait et Marie n’y ajoutera rien, mais pour que cet enseignement soit vraiment vécu et vécu dans le silence, pour qu’il soit cet enseignement de silence qui conduit à l’amour, il est comme nécessaire que Jésus donne à Jean celle qu’il a formée de façon unique durant trente années : Marie. Par ce don, Jésus fait comprendre à son disciple qu’il se donne complètement à lui.

(…) Marie a été faite pour Jésus, pour être capable de converser avec lui. Saint Luc nous la représente comme celle qui garde en son cœur la Parole de Dieu (Lc 2,51). Toute sa vie, Marie a écouté et conservé la parole de Jésus. La conversation avec le Christ consiste, en effet, à demeurer dans le silence de la foi pour accueillir sa parole et en vivre, à la garder en son cœur comme une parole divine, une parole d’amour qui nous enseigne et nous éduque, qui nous donne l’amour. Le dialogue avec le Christ tend toujours au silence parce que celui-ci est la condition indispensable pour recevoir la lumière totale. Il fallait que Notre-Seigneur trouvât sur la terre un être humain qui pût l’écouter, l’entendre, vivre de sa parole, qui pût véritablement converser avec lui et garder ses secrets. (…) Notre-Seigneur aurait été obligé de se taire si Marie n’avait pas été là pour recevoir sa parole. Les apôtres, Nicodème, la Samaritaine n’ont pas compris, ils ont discuté avec Jésus, ce n’est pas une vraie conversation. Marie était la seule capable de recevoir la parole du Christ. Toute sa vie elle a conversé avec le Christ ; à la Croix, elle continue cette conversation par son silence, recevant ainsi en plénitude la parole de Jésus.


Marie-Dominique Philippe, OP, 1953.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article