Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Un amour glorieux

« Lorsque Judas fut sorti, Jésus dit : “Maintenant a été glorifié le Fils de l’homme, et Dieu a été glorifié en lui. Si Dieu a été glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera en lui, et c’est bientôt qu’il le glorifiera. Petits enfants, pour peu de temps encore je suis avec vous. Vous me chercherez, et comme je l’ai dit aux Juifs : Où moi je m’en vais, vous, vous ne pouvez venir, – à  vous aussi je le dis à présent. Je vous donne un commandement nouveau : que vous vous aimiez les uns les autres ; comme je vous ai aimés, que vous aussi vous vous aimiez les uns les autres. En cela tous connaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres” » (Jn 13, 31-35).

C’est lorsque Judas accomplit, consomme la trahison de Jésus, que celui-ci proclame de la façon la plus forte le mystère de la gloire : « Maintenant a été glorifié le Fils de l’homme »… La trahison, du point de vue de l’amitié humaine, est la plus grande blessure ; elle est la mort même de l’amitié et elle détruit le cœur de l’ami. Non seulement le cœur de celui qui trahit et par là renie son amour, la vie de son cœur, mais aussi le cœur de l’ami trahi : il avait mis sa confiance en l’autre, lui avait confié ses secrets, partageait un même amour dans l’unité et dans la paix.

Judas accomplit cette trahison au moment où Jésus livre son cœur jusqu’à la fin : il vient d’instituer l’Eucharistie, le sacrement de l’amour. Judas avait partagé tous les secrets de Jésus. Il était l’un des Douze !

C’est à ce moment même que Jésus révèle l’accomplissement de la gloire en lui-même. Une gloire tout intérieure : son Amour, le mystère même de l’agapè, est victorieux de cette mort intérieure qu’est la trahison. Jésus continue d’aimer Judas, il le porte, il l’offre au Père, il lui pardonne son refus. Jésus se sert même de cette trahison pour l’aimer davantage, dans une miséricorde qui va jusqu’au bout.

Cela, Jésus le peut parce qu’il l'aime de cet amour éternel qui unit le Père et le Fils : sa volonté humaine est toute transformée par le mystère de la charité ; victorieuse dans l’amour, sa volonté humaine glorifie le Père. Et cette magnanimité dans l’amour, qui se sert de la plus grande blessure, de la plus grande humiliation – rien n’est plus humiliant que d’être trahi par quelqu’un que l’on aime – est cause d’une gloire nouvelle, d’une unité nouvelle d’amour, d’une intimité plus profonde de Jésus avec le Père.

Dieu est Amour, et plus nous nous enfonçons dans les profondeurs de cet Amour, en nous servant de tout pour aimer davantage, notamment en pardonnant sans compter, plus nous découvrons cette liberté étonnante de la gloire : rien, pas même la trahison, pas même la mort, pas même toutes les humiliations que les hommes nous font souffrir, ne peut nous arracher de l’intimité du Père et de la plénitude de son Amour.

C’est dans cette lumière que Jésus nous donne le commandement nouveau : nous aimer les uns les autres à la mesure de cet amour glorieux qu’il vient de nous révéler.

Marie-Dominique Goutierre

© www.les-trois-sagesses.org

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article