Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Theotokos

Meilleurs vœux pour l’Année 2012, en cette Octave de Noël où nous fêtons Marie Mère de Dieu, la Theotokos.

La maternité de la Bienheureuse Vierge Marie « se termine » à la Personne de son Fils. C’est pourquoi le Concile d’Éphèse, dès 431, a affirmé que Marie est « Mère de Dieu » et non pas seulement « Mère du Christ » :

« Ce n’est pas un homme ordinaire qui a d’abord été engendré de la Sainte Vierge et sur lequel ensuite le Verbe serait descendu, mais c’est pour avoir été uni à son humanité dès le sein même, qu’il est dit avoir subi la génération charnelle, en tant qu’il s’est approprié la génération de sa propre chair. C’est ainsi que les Saints Pères se sont enhardis à nommer la sainte Vierge "Mère de Dieu", non que la nature du Verbe ou sa divinité ait reçu le début de son existence à partir de la Sainte Vierge, mais parce qu’a été engendré d’elle son saint corps animé d’une âme raisonnable, corps auquel le Verbe s’est uni selon l’hypostase et pour cette raison est dit avoir été engendré selon la chair ».

Il est grand que ce soit l’Église qui, tout au long de son pèlerinage, jusqu’à la fin des siècles, explicite et dévoile l’importance de la Bienheureuse Vierge Marie dans l’économie divine. Par là, elle s’explicite aussi elle-même et dévoile jusqu’où le mystère de Dieu a été donné aux hommes dans le Christ.

Kardiotissa_15e.jpg

La maternité s’achève à la personne de l’enfant, puisqu’il y a dans l’enfant une âme spirituelle créée par Dieu dans le corps. Une mère est mère d’un enfant: elle n’est pas mère d’un corps, et la maternité n’est pas une fonction: elle implique une alliance unique entre la femme et Dieu créateur. Elle a donc quelque chose de sacré, et c'est pourquoi la science et la psychologie ne la saisissent pas: elles restent à l'extérieur et ne peuvent pas saisir la maternité dans ce qu'elle a de plus elle-même.

C'est parce que la maternité se termine à la personne de l’enfant que la mère est gardienne de son enfant pour l’éduquer. Elle en est responsable parce qu’il est un petit être humain et non pas un corps qui lui serait étranger…

Quand il s’agit du mystère du Christ, il n’est pas seulement un être humain dont l’âme spirituelle est créée dans le corps embryonnaire ; il est la Personne même du Fils éternel du Père, du Verbe. La maternité de Marie est donc une maternité contemplative, qui implique une alliance nouvelle entre la femme et le mystère de la Très Sainte Trinité : Marie a reçu dans la foi le don que le Père lui a fait de son Fils. Elle a reçu dans la foi l’annonce de l’ange et a conçu son Fils à l'ombre de l'Esprit Saint. C'est à elle que le Père donne son Fils; et c'est par elle qu'il nous le donne dans le mystère de l'Incarnation. Il veut se donner en passant par elle pour réaliser notre salut, pour que nous soyons fils de Dieu. Cela passe par Marie, puisque c’est en elle et par son fiat que le mystère de l’Incarnation s’est réalisé. C’est pourquoi le mystère de Marie n’est pas "facultatif" ; et quand certains mettent Marie de côté parce qu’elle ferait obstacle au Christ ou diminuerait son rôle unique, cela blesse directement la foi chrétienne et l’amour que le Père a pour elle :

« Tout honneur et toute vénération accordés à notre Mère céleste viennent sans nul doute rehausser la gloire de son divin Fils, non seulement parce que de lui jaillissent, comme d’une première source, toutes les grâces et tous les dons, mais aussi parce que "la gloire des fils ce sont leurs pères" (Proverbes 17,6) » (Pie xii, Fulgens corona, 1953).

 

Marie-Dominique Goutierre

© www.les-trois-sagesses.org

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article