Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

PRÉSENTATION

PRÉSENTATION

Jésus, le Fils bien-aimé, est devenu l’Agneau dans le mystère de la Croix. Ce qu’il y a de plus grand, c’est cette offrande que Jésus fait de lui-même à la Croix dans l’obéissance au Père (cf. Ph 2,6-8 ; He 10,5-7 ; He 5,8-10), pour le glorifier dans l’amour et nous sauver. Tel est le sommet de toute la mission du Christ au milieu de nous et le sommet de la manifestation de l’amour du Père. C’est là que son amour s’accomplit et se révèle comme la vérité (cf. 1 Co 1,23-24). Nous pouvons donc dire que Jésus gouverne, un avec le Père, et que le sommet de ce gouvernement est à la Croix quand Jésus est pleinement l’Agneau. C’est bien ce que nous montre l’Apocalypse dans un langage symbolique (Ap 5,7), ainsi que l’Évangile de saint Jean (cf. Jn 13,3). Dans la Croix du Christ nous avons donc, à travers l’obéissance de Jésus, l’accomplissement et la manifestation plénière de l’amour du Père.

Dans le mystère de l’Agneau, Marie, la Mère de Jésus, est intimement associée à son Fils. A la Croix, Jésus la regarde bien comme « la Femme » (Jn 19, 26), celle qui ne fait plus qu’un avec lui (cf. Gn 2,23-24). N’est-elle pas l’Épouse de l’Agneau, celle qui fait œuvre commune avec lui ? Dans le mystère de sa Compassion, Marie est intimement unie à l’holocauste de l’Agneau. Jésus la regarde comme la Femme ; il fait d’elle la Femme en la voulant, selon l’amour du Père, « une » avec lui dans son propre mystère d’obéissance au Père. Si Jésus est un avec le Père dans l’obéissance de la Croix, ce qui lui permet d’œuvrer avec le Père (Jn 5,17), Marie vit dans l’amour ce même mystère d’accomplissement de la volonté du Père. Par là, ne coopère-t-elle pas intimement à l’œuvre de l’Agneau ? Et elle l’achève dans l’amour. Nous pouvons donc dire que Marie, dans la croissance de sa charité, est le fruit le plus parfait du gouvernement du Père et de l’Agneau. L’obéissance de Jésus au Père glorifie le Père et est en même temps toute pour Marie, puisque Marie est celle qui a le plus parfaitement vécu de cette source divine, le Cœur du Christ.

 

Marie-Dominique Philippe, op

La vie monastique, une source de renouveau pour l’Europe contemporaine

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article