Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Présentation

Le 21 novembre, la liturgie nous donne de fêter la Présentation de Marie; si les paroisses ignorent cette fête, elle est pourtant une très grande fête dans la vie religieuse. En effet, par sa totale consécration virginale à Dieu, Marie est la source cachée de ce qui est le coeur de l'Eglise; ni hiérarchie, ni sacrements, ni droit canonique! Mais l'essentiel: l'amour de Dieu et la miséricorde, l'abandon divin à la conduite du Père. Sous le souffle de l'Esprit Saint, Marie s'est totalement consacrée au Père. Mais que signifie "se consacrer à Dieu"? Une question essentielle dans un monde et, bien souvent, dans une Eglise qui ne comprend plus la vie religieuse et oublie qu'elle est le coeur de l'Eglise: sa partie principale, comme le dit Thomas d'Aquin.

Titien: La Présentation de Marie (détail)    

Presentation-Marie-detail.jpgLa seule manière, pour une créature, de se présenter à Dieu, est de se consacrer ; Marie, enveloppée de toute la miséricorde du Père, ne peut se présenter à lui qu’en se consacrant totalement, corps et âme. C’est tout le mystère de la virginité chrétienne, dans son sens le plus fort, le plus profond. C’est vraiment la consécration de tout l’être à Dieu, consécration à son service, en lui étant exclusivement réservé, en lui étant totalement offert et donné(1). Voilà la première coopération totale de la petite créature, du petit enfant de Dieu, tout enveloppé de la miséricorde du Père, qui expérimente cette miséricorde et, l’expérimentant, répond à Dieu en se consacrant à lui. La consécration jaillit de ce concours plénier de la créature enveloppée de miséricorde avec son Dieu, son Père.

La consécration nous lie à tout le mystère du Père et elle doit nous faire entrer dans la solitude de Dieu. Il est donc tout à fait normal qu’elle soit la seule manière de se présenter à Dieu. Qu’est-ce que se présenter à Dieu ? C’est se dresser face à lui, se tenir debout en face de lui. Et comment la pauvre petite créature peut-elle se tenir debout en face de son Dieu ? Si elle est entièrement portée par la miséricorde du Père, entièrement prise par elle, alors elle peut se dresser en face du Père, mais uniquement en s’appuyant complètement sur sa miséricorde.

Si, en faisant profession, le religieux demande la miséricorde de Dieu, ce n’est pas pour rien : c’est la réponse adéquate, au sens fort. Car si nous demandons la miséricorde de Dieu, ce n’est pas uniquement parce que nous sommes pécheurs ; cela va beaucoup plus loin : c’est parce que nous ne pouvons pas nous consacrer à Dieu sans nous appuyer entièrement, totalement, sur sa miséricorde. La petite créature ne peut se présenter à Dieu qu’en s’arc-boutant sur la miséricorde du Père. On ne peut vraiment se dresser en face de Dieu qu’en étant tout entier imprégné de cette miséricorde paternelle, pour qu’il n’y ait plus en face de Dieu que le visage du Père en nous, c’est-à-dire sa miséricorde. Dieu ne peut regarder que ce qui est son image, et il n’y a l’image de Dieu en nous que dans la mesure où nous sommes entièrement repris dans la miséricorde, dans la mesure où cette miséricorde du Père nous recrée.

Il est donc tout à fait normal que la première coopération, la première réponse que la Tradition nous ait gardée de Marie, soit ce geste de consécration, en prenant ce terme dans le sens très fort de consécration virginale. Les autres vœux sont venus plus tard.

 

M.-D. Philippe, OP, Trois mystères de miséricorde, p. 45-46.

© Parole et Silence

 

(1) Cf. S. Thomas d'Aquin, Somme théol., II-II, q. 186, a. 1 : « Sont dit religieux ceux qui totalement se livrent au service divin, s’offrant à Dieu comme holocauste ».

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article