Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Pour un renouveau évangélique: la place de saint Joseph

Le 19 mars est dans l’Église catholique le jour de la solennité de saint Joseph, époux de Marie. L’occasion pour nous de réfléchir du point de vue théologique à la place toute particulière de ce très grand saint dans l’économie divine, tant au point de départ qu’au terme : l’Alpha et l’Oméga se tiennent toujours !

Si les évangiles montrent la place toute particulière de saint Joseph au point de départ de la Nouvelle Alliance, à l’aurore de la vie évangélique, il a aussi une place toute particulière dans ce que l’Esprit Saint réclame de l’Église d’aujourd’hui pour retrouver l’esprit de l’évangile, ce qui est toujours nécessaire. C’est ainsi, en particulier, que s’exprimait le p. Marie-Dominique Philippe, qui a beaucoup prêché sur le mystère de saint Joseph. Le texte qui suit nous semble d’une urgence toute particulière :

« On comprend que, lorsqu’on est en présence d’une grande crise, lorsqu’on vit à l’intérieur même de l’Église des « tremblements apocalyptiques » (pour reprendre une expression de Paul VI), il faille revenir à la source. Pour mieux discerner, dans le mystère de l’Église, fruit de cette alliance nouvelle, ce qui est voulu par Dieu comme absolument nécessaire et que rien ne peut supprimer, de ce qui est au contraire œuvre des hommes (ajouté d’une manière accidentelle au cours des âges, au cours du pèlerinage temporel de l’Église), il faut revenir à la source, au point de départ de cette nouvelle Alliance. (…) Toute crise, communautaire ou personnelle – c’est peut-être là sa signification profonde, ce pour quoi Dieu la permet – ne réclame-t-elle pas, pour être vraiment dépassée avec intelligence et amour, un retour à l’origine, un retour à ce qui a été choisi et voulu au point de départ ? Grâce à ce retour, on peut acquérir une vision plus nette de l’intention profonde, de la finalité profonde de telle vocation communautaire et de telle vocation personnelle. Ce retour n’est pas un retour historique en arrière, il ne consiste pas à revivre ce qui a été vécu auparavant ; c’est un retour à la source pour y déceler ce qui en est l’essentiel, ce qui en est l’âme, l’inspiration, l’intention propre. Un retour en arrière au niveau historique, sociologique, un retour où l’on regrette et copie ce qui avait été fait auparavant, est toujours quelque chose qui matérialise, car on ne peut regretter et copier que le comportement extérieur de l’homme et de la communauté. Au contraire, le retour vers la source en vue de détecter l’essentiel est ce qui doit donner un nouvel élan de vie et d’amour.

On comprend alors pourquoi l’Esprit Saint demande à l’Église d’aujourd’hui de regarder d’une manière très spéciale le mystère de Joseph, pour essayer de déceler dans ce mystère une lumière qui lui permette de s’élancer avec un nouvel élan de vie et d’amour. » (M.-D. Philippe, Le mystère de Joseph, Ed. Saint-Paul, 1997, p. 15-16 - ISBN 2-85049-699-5)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article