Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Pentecôte et Pentecôte...

Quand nous parlons du don de l’Esprit Saint par Jésus et par le Père, nous ne devons pas en rester uniquement à la Pentecôte...

A la Pentecôte, l’Esprit Saint est envoyé d’une façon charismatique et pour la mission (cf. Actes des Apôtres, 2, 1-13) : « Chacun les entendait s’exprimer dans sa propre langue » !

Il y a aussi le don de l’Esprit Saint par Jésus ressuscité le soir de Pâques ; Jésus vient au Cénacle, toutes portes étant closes. Les Apôtres s'y sont enfermés par peur des Juifs, nous dit l'évangile de Jean (cf. Jn 20, 19-23). Jésus se tient au milieu d’eux et leur dit : « La paix soit avec vous ». Puis il leur dit à nouveau : « “Paix à vous ! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie”. Et ayant dit cela, il souffla sur eux, et il leur dit : “Recevez l’Esprit Saint ; les péchés seront remis à ceux à qui vous les remettrez, ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez” ». Il s'agit d'un envoi de l’Esprit Saint pour les douze Apôtres, lié au sacrement de l’ordre, qui leur confie le ministère de la miséricorde.

Enfin, il y a une « Pentecôte » cachée, une Pentecôte d’amour. Elle est en réalité la première, aussi bien dans le temps que dans l'ordre de perfection : c’est l’envoi du Paraclet à Marie, debout au pied de la Croix. C'est à ce moment-là qu'elle nous est donnée comme Mère par Jésus crucifié. Celle que Jean, le disciple bien-aimé, reçoit, c’est celle qui est l’épouse de l’Esprit Saint. C'est celle qui reçoit de Jésus le Paraclet, un don que le monde ne peut pas recevoir parce qu’il ne le voit ni ne le connaît...

Thomas d'Aquin souligne que les grâces charismatiques sont relatives, et sont ordonnées au don de la grâce sanctifiante (et donc au mystère de la charité) : alors que celle-ci nous ordonne immédiatement vers notre fin ultime, qui est le mystère de Dieu et sa béatitude, les dons charismatiques nous sont faits à titre de préparation et de disposition (cf. Somme théologique, I-II, q. 111, a. 5).

Il est important de nous le rappeler pour contempler en Marie, une avec Jésus dans le mystère de la charité, celle qui vit sous l'action de l'Esprit Saint Paraclet et qui est la vraie mesure et la vraie lumière sur l'action de l'Esprit Saint dans l'Eglise. Certes à l'oeuvre dans les dons charismatiques et dans les sacrements, il l'est principalement et avant tout dans l'exercice divin des vertus théologales. Tel est le coeur de l'Eglise en Marie Mère de Dieu. C'est pourquoi la vie contemplative est le vrai coeur et la vraie finalité de l'Eglise.

Marie-Dominique Goutierre

© www.les-trois-sagesses.org

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article