Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Ô Oriens

Ô Oriens

Antienne du 21 décembre

Ô Oriens, splendor lucis æternæ, et sol iustitiæ : veni, et illumina sedentes in tenebris et umbra mortis.

Ô Orient, splendeur de la Lumière éternelle et Soleil de justice : viens et illumine ceux qui sont assis dans les ténèbres et l’ombre de la mort.

 

Le Christ est le Soleil levant qui vient d'en-haut illuminer les hommes et les transformer par la lumière de sa miséricorde. Il proclamera: "Moi, Je suis la lumière du monde; qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres mais il aura la lumière de la vie" (Jn 8,12).

La relation si profonde entre la lumière et la miséricorde est très présente dans l'évangile selon saint Jean. Dans l'Ecriture, elle caractérise les temps messianiques où Dieu agit d'une manière ultime selon les "entrailles maternelles de sa miséricorde". Dans l'évangile selon saint Luc, c'est ce que proclame le Cantique prophétique de Zacharie (Lc 1,67-79) à la naissance de Jean le Précurseur, qui "marchera devant le Seigneur pour préparer ses chemins" (Lc 1,76). Il fait explicitement le lien entre l’avènement du Christ et les "entrailles de la miséricorde" de Dieu : en Jésus, nous obtenons la rémission de nos péchés "grâce aux entrailles de miséricorde de notre Dieu, dans lesquelles nous visitera l’Astre (Oriens) d’en-haut, pour apparaître à ceux qui sont assis dans la ténèbre et l’ombre de la mort, pour redresser nos pieds vers un chemin de paix" (Lc 1,78-79).

La venue du Christ dans le monde est source du don de la lumière de la miséricorde du Père pour les hommes.

 

Marie-Dominique Goutierre

© www.les-trois-sagesses.org

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article