Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Ô Adonaï

Le buisson ardent, Marc Chagall

Le buisson ardent, Marc Chagall

Antienne du 18 décembre

Ô Adonaï et Dux domus Israel, qui Moysi in igne flammæ rubi apparuisti, et ei in Sina legem dedisti : veni ad redimendum nos in bracchio extento.

Ô Seigneur et Chef de la maison d'Israël, toi qui es apparu à Moïse dans le feu du buisson ardent et lui as donné la Loi au Sinaï, viens nous racheter à [main forte et à] bras étendu.

 

Le Seigneur est venu à la rencontre des hommes dans le peuple de l'Alliance: en choisissant Abraham comme son ami et en se révélant à lui, Dieu a fait alliance avec les hommes. C'est le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob qui s'est révélé à Moïse du milieu du buisson ardent comme le Dieu de toute miséricorde: "J'ai vu, j'ai vu la misère de mon peuple qui est en Egypte, et j'ai entendu sa clameur devant ses surveillants; oui, je connais ses douleurs. Je suis descendu pour le délivrer..." (Ex 3,7-8). C'est ce Dieu de miséricorde qui a sauvé son peuple "à main forte et à bras étendu" en lui faisant traverser la Mer Rouge et l'a mis à part pour lui donner une Loi d'amour, sa sagesse aux yeux des Nations.

Bien plus que par Moïse, ce Dieu d'Amour et de miséricorde se révèle et se donne en plénitude dans le Christ: "De sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce sur grâce; car la Loi a été donnée par Moïse, mais la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ" (Jn 1,16-17). C'est lui, le Fils du Père, qui en s'incarnant, nous donne la vérité plénière; c'est lui qui, dans la miséricorde, nous sauve de l'esclavage du péché et nous rend vraiment libres (Jn 8,30 sq.).

 

Marie-Dominique Goutierre

© www.les-trois-sagesses.org

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article