Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Les sept présences du Christ

Les émissions de Radio Espérance: Après avoir étudié rapidement cette semaine les dimensions principales de la personne humaine, qui s'explicitent lorsque nous cherchons à la comprendre en philosophie première (la philosophie dans ce qu'elle a de plus profond), nous chercherons la semaine prochaine à contempler du point de vue théologique les grandes présences du Christ telles que lui-même nous les révèle dans l'évangile selon saint Jean. C'est le Christ qui vient lui-même à la rencontre des personnes humaines: qui est-il? Comment nous dévoile-t-il sa présence? Pour nous y préparer, voici un texte du père M.-D. Philippe.

 

Dans les mystères de lutte (du chapitre 6 au chapitre 11 de l’évangile selon saint Jean), nous découvrons les sept grandes présences de Jésus.

« Je suis le Pain de vie », « Je suis la Lumière du monde », « Je Suis ». Voilà les trois premières affirmations de Jésus au milieu de ces luttes (ch. 6 à 8). Puis, au chapitre 10 : « Je suis la Porte », « Je suis le Bon Pasteur », « Je suis le Fils de Dieu ». Et en dernier lieu, au chapitre 11, septième affirmation : « Je suis la Résurrection ». Ainsi, à l’intérieur de ces mystères de lutte où tout est chaotique, où extérieurement on ne voit aucun ordre, nous avons ces grandes lumières, ces lumières très profondes, de Jésus qui se donne à nous. Quand Jésus dit : « Je suis le Pain de vie », il se donne à nous comme pain. Le symbolisme du pain n’est-il pas extraordinaire comme présence ? Quand Jésus dit : « Je suis la Lumière du monde », c’est le symbolisme de la lumière, et Jésus devient comme ce grand phare qui nous éclaire du dedans. Nous portons en nous cette lumière du Christ, puisque nous sommes « fils de lumière » (Jn 12, 36; cf. Lc 16, 8 ; 1 Th 5, 5 ; Ep 5, 8). En affirmant qu’il est « Je Suis », Jésus reprend la révélation de l’Horeb (cf. Ex 3, 14) qui commande toute la Révélation de l’Ancien Testament. Il est « Je Suis », c’est-à-dire qu’il est Dieu avec nous, il est Yahvé présent pour nous.

07 Je suis la Porte« Je suis la Porte » : ici, il faut mettre en parallèle le pain et la porte, car il y a quelque chose de très semblable entre ces deux affirmations. La porte, c’est l’abri. Le pain, c’est l’aliment. Les sans-abri, les sans-gîte, et ceux qui n’ont pas de nourriture : voilà la misère de l’homme. L’homme est un misérable quand il n’a pas de pain et quand il n’a pas de gîte. « Je ne vous laisserai pas orphelins » (Jn 14, 8). Jésus est notre pain et il est notre porte, et donc notre gîte (en Palestine, avec les grottes, il suffisait d’une porte pour faire la maison). Il est pour nous le lieu qui nous abrite, et il est l’aliment qui nous nourrit. Il y a un lien très fort entre les deux, comme entre le Bon Pasteur et la Lumière du monde, comme entre « Je Suis » et « Je suis le Fils de Dieu ».

Ces six grandes affirmations sont dominées par la dernière : « Je suis la Résurrection ». Jésus affirme cela juste avant la grande semaine, pour nous faire comprendre qu’il vit tout le mystère de la Croix dans la lumière de la Résurrection. Celui qui pâtit, celui qui accepte d’être le grain de blé qui tombe en terre et qui meurt, c’est celui qui est la Résurrection. Quand Jésus dit : « Je suis la Résurrection », c’est le Verbe de Dieu qui assume la chair, c’est le Verbe de Dieu qui permet à la chair d’être éternelle. C’est cela, la Résurrection : c’est la chair humaine, le cœur de chair du Christ, qui est éternel, qui est glorifié par le Verbe : « Père, glorifie-moi auprès de toi de la gloire que j’avais auprès de toi, avant que fût le monde » (Jn 17, 5). Cette gloire que Jésus demande, c’est la gloire du Verbe. C’est cela, le mystère de la Résurrection. Nous, nous pensons beaucoup trop au miracle de la Résurrection et nous n’entrons pas dans le mystère de la Résurrection. Ce mystère, Jésus l’exprime en disant : « Je suis la Résurrection ».

Nous avons donc là sept grandes affirmations. Au-delà de l’aspect chaotique de ces mystères de lutte, il nous faut découvrir ces sept présences par où Jésus nous enveloppe de son amour.

 

M.-D. Philippe, OP, Suivre l’Agneau, t. III, p. 14-15.

© Médiaspaul

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article