Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Les sagesses du Père Philippe

Professeur de philosophie, disciple de saint Thomas, fondateur en 1978 (NB: en réalité, en 1975) de la Communauté Saint-Jean (les "Petits Gris"), Marie-Dominique Philippe ne se laisse pas facilement classer. Pour ne pas se tromper de portrait, il faut lire ses entretiens avec Frédéric Lenoir (Les trois sagesses, Fayard, 1994). Poussé dans ses retranchements, le P. Philippe ne se dérobe à aucune question.

I-Grande-97789-les-trois-sagesses-entretiens-avec-frederic-Philosophe de formation, le P. Philippe n'a jamais fait de la philosophie un métier, bien qu'il l'ait enseignée durant quarante ans. Elle en a fait un homme qui ne s'en laisse pas conter. Pour lui, le philosophe n'est pas celui qui possède la vérité, mais celui qui la cherche éperdument pour être possédé par elle. Le philosophe, c'est "celui qui lutte contre tous les a priori" ou encore, selon une image de Péguy qu'il affectionne, celui qui, au lieu de descendre le fleuve comme un cadavre, cherche à le remonter vers la source.

Dans cette remontée, la philosophie n'atteint jamais qu'un premier étage. Pour monter à l'étage de la théologie, il faut prolonger Aristote par saint Thomas et, pour parvenir à l'étage de la mystique, le maître incomparable est saint Jean. Trois maîtres qui n'ont aucune peine à cohabiter, car ils poursuivent le même but, en se passant pour ainsi dire le relais: Aristote cherchant à comprendre l'homme avec ses seules ressources humaines, Thomas poussant l'investigation plus loin grâce aux lumières de l'Ecriture, Jean conduisant jusqu'à l'union avec Dieu.

Esprit vif, d'une étonnante culture, ce dominicain tout de blanc vêtu a traversé le siècle les yeux ouverts, à l'écoute de ses questions, et il les a reçues comme autant de défis à relever. De sa hotte aux trois sagesses, il a su tirer du neuf et du vieux, le vieux étant à ses yeux ce qu'il y a souvent de plus neuf. Un portrait par un artiste manifestement pris de sympathie pour son modèle, et qui sait le rendre éminemment sympathique.

 

Marcel Neusch, Silhouette, in: La Croix du 21 Janvier 1995

© La Croix

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article