Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

LE CHRIST AU DÉSERT

Pourquoi Jésus est-il allé au désert ? Quelle est la vraie lutte qu’il porte ? Pourquoi a-t-il lutté ? Ce qu’il porte et ce contre quoi il accepte de lutter, c’est le démon dans sa rage contre l’amour de Dieu pour la Femme qu’est Marie, et pour toute femme, et pour toute créature humaine.

Là, il y a peut-être quelque chose à découvrir par rapport au sacerdoce du Christ. La raison profonde de cette lutte de Jésus au désert comme prêtre, n’est-ce pas la lutte du démon contre la Femme ? Ce que nous révèlent la Genèse (ch. 3) et l’Apocalypse (ch. 12) – et ce que Jésus lui-même dit du démon : « Il est menteur et père du mensonge » et « il est homicide dès le commencement » (cf. Jn 8,44).

Au désert, Jésus a porté la fureur du dragon contre la Femme : c’est pour cela que la Femme, est emportée au désert par les deux ailes du grand Aigle : l’Aigle, c’est Jésus qui, comme Grand Prêtre, lutte et a tout porté. La Femme « s’envole au désert, en son lieu, là où elle est nourrie un temps et des temps et la moitié d’un temps, loin de la face du Serpent » (Ap 12). Jésus affronte le démon ; il est seul. Et il sera seul à l’Agonie, à la Croix et au Sépulcre, pour ce fruit merveilleux de son sacerdoce : le cœur immaculé de Marie, « emportée au désert où elle est nourrie loin de la face du Serpent ».

Le cœur de Marie est inaccessible au démon. Et cependant, c’est contre elle que la lutte est la plus forte, la plus virulente. Jésus porte cette lutte, parce que l’enjeu en est le cœur de Marie et, en elle, celui de toute personne humaine, Marie étant la première d’entre les rachetés. Jésus a lutté en portant face au Père ce secret dans son cœur.

Nous le comprenons très bien : quand nous aimons vraiment, cela nous met dans le silence et nous fait vivre les luttes tout autrement. Et Jésus n’a pas été au désert et n’a pas vécu le mystère de la Croix en étant étranger au cœur de Marie. Au contraire. C’est même la seule chose qui l’occupe : puisque c’est Elle qui est l’enjeu profond de la lutte.

 

Si le Carême est ponctué par les évangiles des dimanches, il ne s’agit pas d’une succession où l’un chasse l’autre : l’évangile du second dimanche ne supprime pas celui du premier et la tonalité de fond de tout le Carême reste le désert. Jésus est au désert et nous montre la place de la lutte. Cette lutte culminera dans le combat de la Croix, qui est la grande victoire de l’Amour. Celle de Jésus Grand Prêtre qui accepte d’être l’Agneau et qui est victorieux de toute haine, de toute jalousie, de tout péché et de tout mal. Marie immaculée, notre Mère, en est le fruit par excellence; elle en est l'enjeu, car elle est par excellence le chef-d'oeuvre de l'Amour et de la miséricorde du Père. Cela est important, pour nous donner une lumière de sagesse sur le vrai sens, le sens divin, des luttes que nous avons à porter et à vivre.

 

Frère Marie-Dominique Goutierre

© www.les-trois-sagesses.org

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article