Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

La Croix glorieuse du Christ, chemin d'enfance

Homélie de la messe du dimanche 23 septembre, célébrée à Savièse en communion avec les chrétiens du Liban. 25e Dimanche du Temps Ordinaire. Evangile: Marc 9, 30-37

Il y a quelques instants, nous entendions ce verset : « Dieu nous appelle à partager la gloire de Jésus ». Telle est la fécondité de l’évangile. Fécondité du fruit que la vigne taillée porte en abondance pour la joie de notre cœur – comment ne pas évoquer aujourd’hui le vin du Liban dont parle l’Écriture ? Elle est l’image de cette Vigne du Père que Jésus est lui-même : « Moi, je suis la Vigne, et mon Père est le vigneron » ; « ce qui glorifie mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit ».

 

L’évangile est une Personne. Non pas un livre, ni une doctrine, ni une morale ! Mais quelqu’un qui est le Vivant. Mort, grain de blé tombé en terre pour porter beaucoup de fruit, et ressuscité pour la gloire du Père et nous sauver, c’est-à-dire pour nous unir à Lui, de sorte que nous vivions sa propre vie, son propre amour, sa propre béatitude.

Être chrétien, c’est accueillir par la foi le Fils éternel du Père ; c’est le recevoir, lui qui s’est fait l’un de nous. En le recevant, nous devenons enfants de Dieu ; et nous le sommes.

Il est le tout-petit qui, éternellement, reçoit tout du Père et donne tout au Père dans l’amour. Ce tout-petit, s’est manifesté à nous : bien plus, il s’est donné en se faisant le Fils de Marie ; et pour se donner sans retour, il s’est anéanti jusqu’à la mort de la Croix.

Dans cette Terre Sainte où nous sommes aujourd’hui en esprit, s’est accompli ce mystère de Dieu au milieu des hommes : petitesse joyeuse de l’enfant de Bethléem, petitesse douloureuse de l’enfant de la Croix.

 

En son Fils qui s’est fait homme, c’est Dieu lui-même qui s’est inscrit au cœur de l’homme. Il y a là un échange admirable : sa propre plénitude nous est donnée. Elle ne nous détruit pas, mais nous élève et nous agrandit à la taille de Dieu. Il est difficile d’être vraiment chrétien ! Mais rien n’est plus grand pour le cœur de l’homme : rien plus que le christianisme n’a grandi l’homme, puisqu’en Jésus, Dieu s’est fait homme pour que l’homme devienne fils de Dieu.

Comment cela est-il possible ? Nous préférons quelquefois que chacun reste chez soi : Dieu chez lui et nous chez nous ! C’est l’amour qui franchit cet abîme. Dieu s’est donné par amour ; et l’amour seul nous permet de nous quitter nous-mêmes pour le recevoir pour lui-même, dans son propre mystère.

C’est vrai, le Christ est dérangeant : il nous déloge, nous décentre de nous-mêmes. Ses Apôtres eux-mêmes, nous dit l’évangile, ne comprenaient pas et avaient peur de l’interroger !

En se donnant, Dieu nous éprouve ! L’histoire des hommes est ponctuée par cette épreuve… mais elle se renouvelle par la victoire de l’Amour dans le cœur des saints : ces amis de ce Dieu qui s’est fait l’ami des hommes. Eux ont accepté de se laisser bouleverser, de le recevoir Lui, par la foi, l’espérance et l’amour. Telle est la gloire qui nous est promise.

 

Cette fécondité de l’Amour, nous la vivons dès maintenant si nous laissons l’Esprit Saint nous transformer, faire de nous des enfants de Dieu : « Ce sont ceux qui sont mus par l’Esprit Saint qui sont enfants de Dieu », nous dit saint Paul. Les lumières portées par les jeunes de l’Association Elias au début de la messe symbolisent bien le chemin de lumière et d’amour que nous voulons vivre en communion avec nos frères du Liban. Chemin qui s’ouvre à la Croix du Christ et nous conduit à la plénitude de l’amour et de la vie.

La Croix du Christ est glorieuse, elle est signe de Vie. De malédiction, elle est devenue signe de bénédiction, parce qu’elle est le lieu de la Révélation et de la communication de l’Amour. Un amour victorieux des plus grandes luttes, de l’échec apparent, des contradictions les plus profondes.

C’est la Croix glorieuse, et c’est le Fleuve inépuisable de lumière et d’amour jaillissant du Cœur blessé du Christ, qui nous met en communion avec nos frères chrétiens d’Orient : en Irak, en Iran, en Arabie saoudite, en Syrie, en Arménie, en Turquie, et tout particulièrement, ici à Savièse, grâce à l’Association Elias, au Liban où notre Pape se trouvait il y a quelques jours. Les hommes peuvent bien vouloir fermer leur porte au Christ et le chasser de leur pays ! Mais le Christ est partout et aucune porte ne l’arrête, parce que son Amour est victorieux et parce qu’il est le Sauveur de tous les hommes, sans aucune exception.

 

Les béatitudes évangéliques sont les 7 sentiers pour vivre cet amour : un bonheur plénier nous est promis, à nous qui étions malheureux, blessés, meurtris, pécheurs :

Chemin de pauvreté dans l’adoration, qui nous libère de l’égoïsme.

Chemin de douceur, qui nous libère de la dureté de nos opinions et conquiert tous les cœurs au Christ.

Chemin de purification dans les larmes, qui nous libère de toutes nos idoles.

Chemin de désir ardent pour la justice, dans la force des martyrs.

Chemin de miséricorde, dans le pardon donné sans compter.

Chemin de pureté du cœur, qui nous libère de toutes nos obscurités.

Chemin de paix, car TOUT homme est appelé à rencontrer le Christ et à être fils de Dieu.

 

Tant que nous sommes sur la terre, c’est aussi un chemin de persécution : le Seigneur nous le dit ouvertement ! Et en Orient, comme en Occident, c’est on ne peut plus actuel. Devant cela, la Joie divine doit nous transfigurer : celle qui jaillit d’une plénitude d’amour plus forte que toute haine, que tout péché, que tout refus.

En communion avec nos frères chrétiens d’Orient, soyons donc les témoins joyeux de cette Bonne Nouvelle : le Seigneur s’est fait l’un de nous pour que nous devenions semblables à lui. La clé en est l’Amour.

 

Frère Marie-Dominique Goutierre, csj

© www.les-trois-sagesses.org

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article