Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

La Charte de la contemplation (II)

« Dans le Principe », c’est-à-dire au plus intime du mystère de Dieu, du Père, qui est la source de tout, qui est au principe, « était le Verbe », le secret.

Notre intelligence humaine peut, au terme de tout l’itinéraire philosophique de recherche de la vérité, découvrir l’existence d’une Personne première, Celui que les traditions religieuses appellent Dieu. Et cherchant à le contempler, elle découvre qu’il n’est que lumière, qu’il n’est qu’amour. Dieu demeure dans sa simplicité, unique, dans une contemplation éternelle, toute de lumière et d’amour. Parce que la personne humaine est complexe et demeure seconde dans l’ordre de l’être, son intelligence n’est que participée : elle n’est jamais entièrement lumineuse ; de même sa capacité d’aimer : son amour n’est jamais plénier. Celui que nous découvrons dans la sagesse, parce qu’il est premier dans l’Être, est tout à fait simple ; et dans sa vie, qui est Esprit, il n’est qu’amour, il n’est que lumière. Et en lui, lumière et amour sont identiques.

 

La foi chrétienne nous permet d’entrer dans les secrets de Dieu : au plus intime de son mystère, « dans le Principe », il existe une fécondité éternelle qui ne détruit pas sa simplicité. Le Verbe, le Logos, est ce secret éternel de la contemplation lumineuse et aimante du Père. En se contemplant éternellement, le Père est source du Verbe. De toute éternité, avant la Création de tout ce qui est dans le temps, le Verbe est « dans le Principe », dans le Père. Procédant éternellement du Père, il est « vers Dieu », tout entier tourné vers le Père, un avec lui dans l’amour. Le Verbe, en tout ce qu’il est, n’est que du Père et vers le Père. Et il n’est pas extérieur au mystère de Dieu, il est Dieu lui-même : « et le Verbe était Dieu », il est une Personne toute relative à la Personne du Père et une avec lui dans l’être.

Ce mystère, notre intelligence ne peut pas l’atteindre par elle-même. C’est Dieu qui nous le révèle, qui nous le donne, en nous donnant le Verbe, son Fils, dans le mystère de l'Incarnation. C'est bien ce mystère que Marie a reçu à l'Annonciation.

La foi chrétienne nous permet d’entrer dans ce mystère et d'affirmer : il existe en Dieu cette fécondité éternelle qui ne brise en rien sa simplicité et son unicité — il existe un seul Dieu. Par là, la foi nous fait vivre des secrets de Dieu, de la vie éternelle, du mystère de Dieu en ce qu’il a de plus lui-même. Certes, ici-bas nous demeurons dans l’obscurité, car la foi ne nous donne pas l’évidence de ce mystère. Mais elle nous y fait adhérer dès cette terre, comme à une vérité, qui est une Personne dont nous vivons dans l’amour, en attendant de la contempler éternellement dans la lumière : « Bien-aimés, dès maintenant nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nos serons n’a pas encore été manifesté. Nous savons que s’il vient à se manifester, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est » (1 Jn 3, 2).

 

Marie-Dominique Goutierre

© www.les-trois-sagesses.org

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article