Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

La Charte de la contemplation (I)

« Dans le Principe était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était dans le Principe auprès de Dieu » (Jn 1, 1-2).

 

17367335.jpgL’Évangile selon saint Jean est l’Évangile de l’aigle en plein vol (cf. Ap 4, 7), de la contemplation. Il débute par une grande vision contemplative du mystère de Dieu. C’est ainsi que nous pouvons regarder le Prologue de saint Jean comme la charte de la contemplation chrétienne.

La contemplation, c’est un regard dans l’amour sur le mystère de Dieu : Dieu ne peut être que contemplé. La science, qui analyse les réalités matérielles de notre univers physique, ne peut pas atteindre le mystère de Dieu. Il y faut une autre connaissance, un autre développement de notre intelligence, celui de la sagesse. Et la sagesse nous permet d’entrer dans la contemplation, d’avoir ce regard simple et lumineux sur le mystère de Dieu. Il existe ainsi une sagesse philosophique : elle s’explicite lorsque notre intelligence découvre, au terme d’un itinéraire commandé par la recherche humble et patiente de la vérité à partir des réalités dont nous avons l’expérience, l’existence de Celui que les traditions religieuses appellent Dieu ; ayant découvert qu’il existe, elle cherche à le connaître autant qu’elle le peut, à le contempler. Notre intelligence est faite pour la vérité ; et la vérité ultime qu’elle puisse atteindre c’est sa source même, son Père, Dieu.

 

Quant à la foi, donnée gratuitement par Dieu, elle nous permet de vivre d’une autre lumière, d’une autre sagesse, reçue d’en haut et qui ne détruit pas notre intelligence ni son itinéraire dans la recherche de la vérité. Notre intelligence, capacité de connaître ce qui est, et capable de la sagesse philosophique, entre par la foi dans un regard infiniment plus profond sur le mystère de Dieu : grâce à la foi, elle peut entrer dès cette terre dans les secrets de la vie même de Dieu. C’est dans cette sagesse divine que la foi nous donne et dont nous vivons par la charité, que le Prologue de Jean nous introduit tout de suite.

 

Il faut donc constamment y revenir, pour nourrir notre foi contemplative, pour vivre pleinement de ce que la foi chrétienne nous donne et qui est un trésor unique (cf. Mt 13, 44-46). La parole de Dieu nous est donnée comme une nourriture qui permet à la foi de grandir et de se développer selon un rythme divin, pour porter beaucoup de fruit. Si la foi nous est donnée gratuitement par Dieu, nous sommes en revanche responsables de sa croissance. Et le vivant ne peut croître qu’en se nourrissant. Voilà pourquoi il est nécessaire de nous nourrir de la parole de Dieu : « L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (Mt 4, 4). Le Prologue de Jean est la nourriture toute divine de notre foi contemplative, car il nous fait tout de suite regarder Jésus dans sa divinité, comme le dit saint Augustin.

 

(à suivre)

 

Marie-Dominique Goutierre

© www.les-trois-sagesses.org

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article