Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Je suis la Résurrection et la Vie

« Moi, je suis la Résurrection et la Vie : celui qui croit en moi, fût-il mort, vivra, et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. » (Jn 11, 25-26). A Marthe qui vient de lui dire : « Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort », Jésus répond en prononçant cette grande affirmation sur lui-même ; elle est la dernière des sept grandes révélations de sa présence personnelle au milieu des hommes, celle qui, d’une certaine manière, reprend toutes les autres et les unit.

Jésus avait affirmé successivement : « Je suis le Pain de vie » (Jn 6, 35) ; « Je suis la lumière du monde » (Jn 8, 12) ; « Je suis » (Jn 8, 28. 58) ; « Je suis la Porte » (Jn 10, 9) ; « Je suis le Bon Pasteur » (Jn 10, 11) ; « Je suis le Fils de Dieu » (Jn 10, 36). Et devant la mort de Lazare : « Je suis la Résurrection et la Vie ». Par là, Jésus donne une lumière ultime sur le sens de sa présence au milieu des hommes par le mystère de l’Incarnation et par le don ultime qu’il nous fait de lui-même dans sa Croix, sa mort et sa résurrection.

Jésus nous est donné par le Père comme le Pain du Père : il est celui qui est donné, radicalement donné. Il vient de l’amour même du Père et, dans le mystère de la Croix, il se donne lui-même jusqu’au bout de l’amour.

Dans la miséricorde, il est la Lumière du monde : il est la réponse vivante et divine au mal et au péché ; cette lumière s’explicite par le pardon et la miséricorde : un torrent débordé de lumière et d’amour, une source inépuisable, sans limites.

Il est notre Dieu: il demeure éternellement, il est Celui qui nous porte dans notre âme, dans notre être même et que nous adorons.

Il est Celui par qui nous passons pour avoir la vie, pour accéder au Père: "si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé".

Il nous conduit en Bon Pasteur, avec l’autorité et la douceur de Celui qui donne sa vie pour ses brebis : "Ma vie, nul ne la prend, mais c’est moi qui la donne."

Il est le Fils du Père ; parce qu’il vient du Père et demeure éternellement dans le sein du Père, il est tout entier tourné vers le Père dans l’amour, distinct de lui mais éternellement un avec le Père.images-1-copie-1

Il est Celui dont l’amour est glorieux : un amour substantiel, éternel, qui porte même la mort. La mort de Lazare et sa résurrection sont un signe dont Jésus se sert ; par là, il nous enseigne à contempler dans sa propre mort la Révélation glorieuse d’un amour plus puissant que la mort. La mort est bien quelque chose d’ultime : en elle, nous touchons le terme de notre vie, le terme de notre itinéraire ici-bas. La sagesse philosophique bute devant ce terme : elle reste au seuil parce que nous n’avons pas l’expérience d’un au-delà de la mort ; et surtout, nous faisons l’expérience que l’amour humain touche là à la limite de son exercice. Même l’amour le plus personnel reste intentionnel : si nous continuons d’aimer quelqu’un qui nous a quittés par la mort, nous ne pouvons cependant plus exercer cet amour qui, jusqu’alors, était au cœur de notre vie. D’une certaine façon, notre vie se brise avec la mort de nos amis.

En Jésus, le terme qu’est la mort peut prendre un  sens nouveau : il se sert de sa mort, parce qu’il est Dieu, pour nous révéler l’amour « jusqu’à la fin » (Jn 13, 1). En Jésus, le terme qu’est la mort n’est plus absurde : elle devient le sceau, le témoignage d’un amour qui n’a pas de limites et se sert de la limite qu’est la mort pour se révéler dans son absolu. « Nul n’a plus grand amour que celui-ci : donner sa vie pour ses amis » (Jn 15, 13).

Jésus donne sa vie : il offre librement sa mort, pour nous révéler jusqu’où il aime le Père, jusqu’où il est aimé du Père. Et parce que même sa mort n’est pas adéquate pour nous le révéler, au-delà de sa mort, la blessure de son Cœur nous révèlera silencieusement le sanctuaire même de cet amour sans mesure. C’est cela, qu’est la charité, l’agapè, l’amour même dont le Père et le Fils s’aiment dans l’unité de l’Esprit Saint. C’est de cet amour que la Croix glorieuse du Christ est la Révélation pour tous les hommes.

Marie-Dominique Goutierre

© www.les-trois-sagesses.org

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article