Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

FIDÉLITÉ DOULOUREUSE

Vierge Simon MarmionMarie porte la condamnation de son Fils et elle est tellement liée à lui, puisqu’elle est la Mère des mères, que toutes les souffrances de son Fils sont présentes dans son regard, sur les traits de son visage. Elle est là, celle qui compatit, celle qui est « une » avec son Jésus, sans comprendre, brisée, dans son cœur de mère. Cela a été si vite ! La pire des exécutions, c’est celle de la condamnation du Christ et du Chemin de la Croix : la terre n’a jamais vu une exécution aussi criminelle, aussi affolante, aussi peu digne de l’homme, et Marie, la Mère, a porté cette exécution en mère avec tout ce quelle implique de violent et d’inhumain : elle a tout porté, elle a tout pris sur elle.

Et Marie est là pour qu’il y ait la fidélité de celle qui est la fille de Sion, de celle qui porte tellement la mission de son peuple et qui veut tellement l’achever dans la fidélité. Marie est fidèle depuis l’Annonciation, mais d’une fidélité joyeuse. Ici, c’est la fidélité périlleuse qui brise, qui éloigne de tous les autres, de tous ceux qui aboient, de tous ceux qui rugissent et qui suivent les opinions des hommes. Marie est là pour être la seule joie du cœur de Jésus par sa fidélité ; elle est là pour porter avec Jésus ce poids de l’iniquité du péché.

 

M.-D. PHILIPPE, OP

Chemin de Croix, 1998

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article