Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

EFFACEMENT

Seul saint Jean nous rapporte le geste du lavement des pieds (cf. Jn 13), par lequel le Christ est entré dans le grand mystère de sa Passion, de ses effacements, de son anéantissement. Geste de l’esclave, que Jésus choisit d’accomplir au milieu de ses Apôtres. De même, le geste que vient d’accomplir le Pape Benoît XVI, effacement dans la pauvreté, à la veille de l’entrée dans le grand temps du Carême qui nous tourne vers Pâques, n’est-il pas un geste prophétique pour l’Église ?

 

lvp1-gf"Jésus fait ce geste de l’esclave pour chacun des disciples ; et il me semble que nous pouvons, en fonction de ce qu’il dit à Pierre, comprendre que c’est en premier lieu pour Judas qu’il fait ce geste. Le Bon Pasteur, quand il sait qu’une brebis s’est égarée, abandonne toutes les autres pour aller la chercher (cf. Mt 18,12-14 ; Lc 15,4-7). Or Judas est bien cette brebis égarée : il a pris la décision de trahir Jésus. Jésus le sait, lui qui sonde les reins et les cœurs (cf. Ps 7,10 ; Sg 1,6 ; Jr 11,20 ; 17,10 ; 20,12 ; Ap 2,23). Il faut donc qu’il rejoigne Judas, qu’il descende très bas en faisant pour lui le geste de l’esclave, afin de lui faire comprendre, à partir de ce geste, que lui, Jésus, est le Pauvre par excellence (cf. 2 Co 8,9 ; Ph 2,6-8.). Judas opposait les pauvres et Jésus (cf. Jn 12,5), et Jésus répond en faisant le geste de l’esclave pour lui.

Judas a-t-il compris ? Si oui, il aurait pu, à ce moment-là, demander pardon. Il est plus facile de demander pardon à quelqu’un qui est à nos pieds et descend plus bas que nous, se faisant ainsi plus petit, qu’à quelqu’un qui est le « Maître et Seigneur ». Judas ne pouvait pas demander pardon devant tout le monde, c’était impossible, et c’est pour cela que Jésus a fait ce geste pour lui. C’est bien pour chacun en particulier que Jésus fait ce geste, et pour Pierre il prend une valeur très particulière : Jésus veut lui faire comprendre ce qu’est une autorité divine, l’autorité du sacerdoce… mais Pierre a de la peine à le comprendre. À Judas il veut faire comprendre qu’il l’aime malgré sa décision, au-delà de sa décision de le trahir, et qu’il lui pardonne. En lavant les pieds de ses disciples Jésus veut purifier, donc pardonner ; c’est un geste de pardon et de purification pour chacun. « Vous aussi, vous êtes purs, pas tous cependant » — Jésus porte donc dans son cœur cette très grande blessure : la trahison de Judas.

Si, avant d’instituer l’Eucharistie, Jésus fait ce geste pour chacun des disciples, c’est donc bien comme une reprise radicale de tout pour ensuite un don d’amour infini. C’est la grandeur du geste ; à la différence de la parole, le geste a toujours une dimension plus personnelle et plus individuelle. Quand Jésus parle aux Douze, il parle aux Douze en même temps, tandis qu’ici ce geste du serviteur, même s’il est le même pour les Douze, a une intensité spéciale pour chacun, il est une présence de Jésus pour chacun, et une présence de miséricorde. En agissant ainsi en serviteur, en esclave, Jésus veut être présent à chacun pour lui révéler personnellement sa miséricorde. Le Législateur est ici tout différent de Moïse… il se met à la dernière place, celle de l’esclave.

Quand il leur eut lavé les pieds, qu’il eut repris ses vêtements [il dépose sa vie et il la reprend] et se fut mis à table, il leur dit : « Comprenez-vous ce que je vous ai fait ? Vous m’appelez Maître et Seigneur, et vous dites bien, car je le suis. » Jésus n’abdique pas du tout son autorité de Législateur : « Vous m’appelez Maître et Seigneur, et vous dites bien, car je le suis. Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. Je vous ai donné l’exemple pour que vous agissiez comme j’ai agi envers vous. » Il est très rare que Jésus, après avoir fait un geste, nous dise que c’est un geste exemplaire. Mais ici il montre que ce geste a vraiment une dimension d’exemplarité pour ses disciples, et donc pour toute l’Église. Et il le fait juste avant le moment où il va réaliser son testament, le mystère de l’Eucharistie."

 

M.-D. Philippe, OP, Suivre l’Agneau, tome 4.

© Médiaspaul

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article