Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

COLPORTEUR D'HORIZONS

Il y a bien des choses à dire du Chameau sans parler de l’habitude qu’on lui attribue de passer par le trou d’une aiguille.

Et d’abord qu’adviendrait-il du désert, s’il n’y avait pour lui donner un sens, en le traversant d’un bout à l’autre, cet arpenteur solennel du fait du déplacement dans un ordre imprescriptible de ses quatre membres démesurés ? Un poète nous a parlé de ce mépris de la circonstance inane dont le Cygne lui paraissait le symbole. Mais ce palmipède à la poursuite de son reflet ne fait que peser, impalpable, sur le néant où il est suspendu. Le Chameau, lui, avec une autorité mélancolique en prend possession pas à pas. Il va tout droit quelque part. Il y a en lui quelque chose, par l’austérité, du fonctionnaire et, par la dignité flexueuse, de la vieille dame, consciente d’un passé qui, comparable à cet arrière-train déchiqueté, a comporté comme on dit des hauts et des bas.

Chameau.jpgSous un autre aspect, le Chameau avec son profil de diagramme, avec sa citerne et ses magasins intérieurs, avec cet outillage industriel que lui constituent ses quatre ou cinq estomacs, me semble le représentant d’une espèce de capitalisme contemplatif. Comme les réserves sur la ligne d’un bilan, que dire de cette double bosse qui lui historie l’échine, sinon que cela ne lui sert qu’à servir ? C’est commode, plus que cela, invitant de mettre tout de suite quelque chose entre les deux pour le transporter autre part, des sacs, des caisses, des tapis, une femme avec des enfants, et pourquoi pas la Reine de Saba elle-même ? Et pourquoi pas le mobilier d’un petit vice-consul dans quelque poste inimaginable ? Et pourquoi pas une bibliothèque tout entière, les œuvres de Karl Marx par exemple dont il est écrit précisément dans l’Écriture que les insensés repoussent un moustique et avalent un Chameau ?

Mais le Chameau n’est pas seulement un colporteur de marchandises, c’est un colporteur d’horizons. Lui-même est-il autre chose qu’un horizon stylisé, un horizon en marche ? Cette longue ligne noire au travers du soleil couchant, pareille à un rempart avec ses créneaux, qu’est-ce que c’est ? Ce sont les Rois mages qui viennent faire présent à l’Enfant Jésus non pas seulement d’or, d’encens et de myrrhe, mais de tous les horizons de la terre.

 

Paul Claudel, Quelques planches du bestiaire spirituel, « Le Chameau »

© Editions Gallimard

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article