Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

C'est par un baiser que tu livres...

La trahison de Judas a été une mort intérieure pour le Christ. Une mort dont il est victorieux par un plus grand amour, par un amour glorieux, d'une magnanimité toute divine. Mais qu'est-ce que la trahison? Elle est la mort de l'amitié, la mort du coeur humain, par l'ami qui se sert des secrets pour livrer celui dont il est l'ami à ses ennemis. Elle est bien souvent l'effet direct de la jalousie. Judas a livré le Christ, il a utilisé sa parole d'amour, les secrets de son Coeur auxquels il a eu accès comme ami, comme apôtre, pour le faire arrêter comme un homme dangereux, comme un séducteur, comme un blasphémateur.

 

C’est dans l’expérience d’un véritable amour interpersonnel que nous pouvons saisir la parole humaine dans son « maxime tale » : comme parole d’une personne humaine à une autre personne humaine. Là s’unissent pour ainsi dire toutes les perfections de la parole comme médiation entre deux personnes.

D’abord quant à la vérité et à la signification que communique la parole : si la parole amicale n’est pas universelle au sens de l’universel scientifique, elle communique cependant, dans la singularité la plus grande, la vérité la plus profonde de la personne humaine : celle qui touche l’amour et la fin. Toutes les paroles dans l’amitié sont marquées, d’une manière plus ou moins profonde par ce caractère personnel de la vérité et de la signification connues.

D’autre part, dans l’amitié, la parole est portée par une intention volontaire : celle d’aimer la personne à qui nous parlons, ce qui lui donne toute sa richesse et sa profondeur personnelle. Nous ne pouvons parler d’une façon conventionnelle dans l’amitié : notre intention, celle d’aimer et de grandir dans l’amour, en même temps que de susciter et de recevoir l’amour de l’ami, donne à nos paroles un poids et une résonance personnels qui se saisissent de l’intérieur et demandent d’être reçus comme tels, à la source même de la parole qu’est la personne de l’ami. Une parole amicale est portée par l’intensité de l’amour et la qualité de l’unité personnelle que celui-ci réalise entre les deux personnes.

C’est encore dans l’amour d’amitié que la parole humaine prend toute sa richesse symbolique, émotionnelle et affective. Dans la parole amicale, nous sommes en quelque sorte à la source même de la poésie, l’expérience de l’amour demandant, pour s’exprimer et se dire, d’utiliser toutes les ressources du langage dans sa complexité et sa richesse d’évocation symbolique et sensible. Et s’il existe un lien fondamental entre le corps et le symbole, dans l’expérience de l’amour, la présence physique de l’autre et le réalisme naturel et personnel du corps de la personne aimée nous permet de communiquer l’amour par la parole et par le geste, au-delà de toute élaboration conventionnelle. Platon, déjà, remarquait dans le Banquet que l’amour se moque des conventions :

« Amour est toujours pauvre ; et il s’en manque de beaucoup qu’il soit délicat aussi bien que beau, tel que se le figure le vulgaire ; tout au contraire il est rude, malpropre, va-nu-pieds, sans gîte, couchant toujours par terre et sur la dure, dormant à la belle étoile sur le pas des portes ou dans les chemins : c’est qu’il a la nature de sa mère, et qu’il partage à jamais la vie de l’indigence » (op. cit., 203 c-d).

Secret : verbe intérieur

Le verbe intérieur dont la parole amicale est l’expression et la médiation pour l’ami, de l’ami à l’ami, est le secret, fruit intime de l’intelligence affective dans l’expérience de l’amour d’amitié. Le secret n’est donc pas exprimé ici négativement – « ce qu’il ne faut pas dire » – mais comme le fruit proprement interpersonnel de l’amour d’amitié dans le cœur de chacun. Le secret est à la fois la connaissance intime, aimante, que les amis ont l’un de l’autre, et la personne même de l’ami pour l’ami, chacun des deux étant pour l’autre le secret même qui noue et unit son intelligence et sa volonté. Le secret est aussi mutuel en ce sens qu’il noue dans la réciprocité de l’amour et de la connaissance personnelle, les amis l’un à l’autre. Aussi est-il une fécondité propre à l’expérience même de l’amour d’amitié : ceux qui s’aiment ont le sens du secret et du silence. Et par le fait même, ils ont une expérience unique de la parole du point de vue qualitatif.

Giotto baiser judas

Trahison

Dans cette lumière, on peut saisir la blessure propre qui peut affecter cette expérience, où la parole peut jouer un rôle immense : il s’agit de la trahison, où le mensonge n’est plus seulement une séparation entre l’intelligence et la parole mais une brisure entre la parole et le secret du cœur. Trahir un secret, c’est proprement briser le cœur de l’autre qui se donne à nous dans l’amour et nous a reçu dans l’amour, c’est atteindre et blesser sa personne dans ce qu’elle a de plus intime et de plus personnel.

 

Si parler, c’est dire quelque chose à quelqu’un au sujet de quelque chose, nous pouvons donc dire que la parole de l’ami à son ami est le sommet de la parole humaine. La parole humaine, comme parole d’une personne à une personne, n’est pleinement elle-même que dans la parole de l’ami à l’ami. Cela est normal, si c’est dans l’amour d’amitié que la personne humaine atteint sa première fin humaine. Dans la parole amicale, n’avons-nous pas, pour ainsi dire, la parole humaine achevée ? Et de fait, alors que partout ailleurs le conditionnement extérieur risque toujours de modifier la parole et de la limiter, dans l’amour d’amitié parfait, le conditionnement est comme absorbé, dépassé et ordonné totalement à la personne. C’est ce que nous dirons en affirmant que, dans l’expérience de l’amour d’amitié nous pouvons parler et nous exprimer librement, au-delà des conventions et des contextes communautaires. C’est même selon la liberté plus ou moins profonde avec laquelle nous pouvons parler et communiquer les secrets de notre cœur que nous pouvons saisir, la plupart du temps, la profondeur plus ou moins grande de notre expérience de l’amour d’amitié.

 

Marie-Dominique Goutierre

© www.les-trois-sagesses.org

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article