Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Marie et l'Esprit Saint, II

Marie et l'Esprit Saint, II

Pour saisir plus profondément ce lien que Dieu a voulu dès le premier instant entre Marie et l’Esprit Saint, et que le mystère de l’Immaculée Conception nous permet d’affirmer, il faudrait voir comment tous les mystères de la vie de la Très Sainte Vierge nous aident à découvrir le mystère de l’Esprit Saint. Marie est comme l’icône de l’Esprit Saint, une icône divine qui reflète pour nous le mystère de la vie de l’Esprit Saint. Elle est cette icône vivante portée par l’Esprit Saint, enveloppée de lui et reflétant pour nous son mystère. Chacun des mystères de la vie de la Très Sainte Vierge doit nous aider à découvrir le mystère de l’Esprit Saint. Il faut s’efforcer de saisir ce lien d’unité. C’est en ce sens-là qu’il y a quelque chose de très juste dans ce que dit le Père Kolbe quand il affirme que « l’Immaculée est comme l’incarnation de l’Esprit Saint[1] ».

Essayons de préciser un peu. L’Incarnation du Verbe manifeste le mystère du Verbe à travers l’humanité sainte de Jésus, cela dans un lien ontologique (c’est-à-dire dans l’ordre de l’être), puisqu’il n’y a qu’une seule existence divine : l’existence du Verbe, qui est l’existence même de l’humanité sainte de Jésus. Ainsi, on peut dire que l’humanité sainte de Jésus nous révèle le Verbe, et que toute la vie du Christ nous révèle le Verbe, nous fait découvrir la présence du Verbe pour nous : il est l’Emmanuel[2], le Verbe de Dieu qui se communique à nous, qui se donne à nous. Il est la lumière[3], et cette lumière que nous ne pouvons pas saisir directement, nous la saisissons à travers l’humanité sainte de Jésus.

Si c’est à travers l’humanité sainte de Jésus que nous est révélé le Verbe, nous pouvons dire avec le Père Kolbe[4] qu’il y a quelque chose d’analogue pour l’Esprit Saint – en comprenant bien toute la différence (c’est pour cela que j’emploie ici le terme « analogue », qui a un sens très précis en philosophie). Analogiquement, nous pouvons comprendre comment toute la vie de la Très Sainte Vierge, depuis le premier moment de sa conception immaculée (on ne peut donc dire cela que de Marie) jusqu’au terme de sa vie, et dans sa vie glorieuse, est vraiment comme la présence de l’Esprit Saint pour nous. C’est l’amour de l’Esprit Saint qui se transmet à travers Marie, à travers le cœur de Marie, à travers sa sensibilité, à travers sa présence. Il n’y a pas, au sens strict et précis, d’union ontologique, mais c’est une union de vie ; c’est la vie de l’Esprit Saint transmise à travers la vie de Marie, à travers le cœur de Marie. Marie ne vit plus de sa vie propre, mais de la vie de l’Esprit Saint. C’est pour cela que tout ce qui nous est révélé sur la vie de la Très Sainte Vierge nous aide à entrer dans le mystère de l’Esprit Saint, nous aide à dévoiler ce mystère si caché. Pour nous révéler le mystère de l’Amour, l’Esprit Saint, il fallait la Femme, la Vierge, il fallait la Mère, il fallait la Reine. Il fallait cela pour nous dévoiler tout le mystère de la grandeur de l’amour de l’Esprit Saint, sa limpidité d’amour, sa fécondité, et l’aspect de l’autorité de l’amour (la régence de Marie).

 

C’est sans doute là que nous saisissons ce qu’il y a d’ultime dans le mystère de Marie. Et c’est peut-être ce que nous devons découvrir aujourd’hui, ce sont peut-être ces grâces-là que Dieu veut nous donner aujourd’hui : nous dévoiler davantage l’Esprit Saint, le don de l’Esprit Saint. Il nous est donné, et il nous est envoyé d’une manière très particulière par Marie. Grâce à Marie, l’Esprit Saint est présent pour l’humanité d’une manière unique. Il est présent en elle et il se dévoile en elle. À travers tous les grands mystères de Marie, les mystères de joie, les mystères de luttes et de douleur, les mystères de gloire, nous devons découvrir progressivement toute la profondeur de l’Esprit Saint ; car, encore une fois, il se dévoile à travers les gestes et les mystères de Marie, et à travers sa présence. L’Esprit Saint nous « a parlé par les prophètes ». Comme le dit saint Pierre, « c’est poussés par l’Esprit Saint que des hommes ont parlé de la part de Dieu[5] ». Par celle qui est la Reine des prophètes, l’Esprit Saint se dévoile surtout à travers son silence et sa présence tout à fait particulière, sa présence de Vierge, de Mère et de Reine. C’est peut-être cette présence silencieuse qui nous aide le mieux à découvrir ce qu’est l’amour divin et quelle est la profondeur de cet amour.

(A suivre)

 

Marie-Dominique Philippe, OP, in: L'étoile du matin, Fayard.

 


[1] Voir Entretiens spirituels inédits (Lethielleux, 1974), p. 52.

[2] Is 7,14.

[3] Jn 1,4 et 9 ; 8,12.

[4] Cf. loc. cit.

[5] 2 Pe 1,21.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article