Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Jean-Baptiste: désir et pauvreté

Saint Jean-Baptiste, Cathédrale de Chartres

Saint Jean-Baptiste, Cathédrale de Chartres

Jean-Baptiste est, si j’ose dire, le désir du Saint-Esprit. J’allais presque dire qu’il est l’incarnation du désir. Il n’est que désir. Il est entièrement possédé par cette soif, à cause même de son très grand amour pour Dieu et de sa très grande pauvreté. Il voit la pauvreté du peuple d’Israël, et parce qu’il voit la pauvreté de ce peuple, il est cette voix qui crie dans le désert…

Quand on est dans un état affectif très intense, plus intense que celui des autres, on est toujours au désert. Être au désert, c’est aimer intensément. Être au désert, c’est avoir un désir ardent. Être au désert, c’est être un pauvre, parce qu’on ne voit plus personne qui soit au même niveau, au même diapason que nous… Jean Baptiste ne peut dialoguer avec personne, parce qu’il a en lui un désir tel que personne n’est capable de le comprendre. On le voit bien ici. Quand il dit cette parole : « Moi je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Aplanissez le chemin du Seigneur ! », ceux qui l’écoutent ne comprennent rien parce que, justement, Jean-Baptiste est au désert, pas seulement physiquement, mais réellement, tellement son cœur est brûlé par le désir intense de la venue du Christ, par cette soif brûlante de la venue du Messie. Voilà ce qui le met au désert. Il est au désert au milieu même de son peuple, il est au désert face au Sanhédrin, face au peuple d’Israël. Et parce qu’il est au désert, il n’a rien à perdre ; parce qu’il est pauvre, il n’a rien à perdre. Et parce qu’il a soif, il crie : « Aplanissez le chemin du Seigneur ! »

(…)

Jean-Baptiste, après le retour des lévites et des prêtres à Jérusalem, a dû connaître un moment d’extrême douleur et de très grande pauvreté, devant l’inefficacité de son message. Ces lévites et ces prêtres sont partis sans rien comprendre. Ils n’ont pas demandé le baptême dans l’eau, alors qu’ils auraient dû être les premiers à le demander. (…) Non. Ils ont dû dire : « Il y a quelqu'un au désert qui baptise dans l’eau, on ne comprend pas très bien ce qu’il dit, il parle un langage assez curieux… Ce qui est sûr, c’est qu’il n’a aucune autorité. Donc soyons tranquilles ». Au départ de ces prêtres et de lévites, Jean-Baptiste, au fond de son cœur de pauvre, a sûrement connu la plus grande douleur de l’apôtre. Quand on est envoyé par l’Esprit Saint, quand on saisit certaines choses, qu’on les voit avec acuité, dans la pauvreté, la plus grande souffrance est de constater que les hommes n’écoutent pas le message, qu’ils n’entendent pas l’exigence actuelle de la pauvreté, qu’ils ne se dépouillent pas pour avoir un regard limpide sur la présence de celui qui est là et qu’ils ne voient pas. Jean-Baptiste a dû connaître une très grande détresse, une très grande pauvreté. Il n’a pas désespéré, certes, il est resté ferme, mais il a été dépouillé.

Jésus a entendu le cri de l’enfant dans le désert. Il est dit dans la Genèse que Dieu entend le cri de l’enfant dans le désert (cf. Gn 21,16). Et Jean-Baptiste a dû crier vers Dieu, il a dû adorer avec encore plus d’amour, en se remettant totalement entre les mains de Dieu. Et Dieu l’a écouté : « Le lendemain, voyant Jésus venir à lui, il dit : Voici l’Agneau de Dieu… » Jésus ne va pas au-devant des lévites et des prêtres. Il a laissé les lévites et les prêtres s’en retourner chez eux parce que, étant satisfaits et remplis d’eux-mêmes, ils sont incapables de recevoir la vérité. C’est au devant du pauvre que Jésus va, il va au devant de Jean-Baptiste, et celui-ci est alors illuminé. Il faut parfois entrer dans des pauvretés très profondes pour recevoir la lumière de Dieu. Au fond, il n’y a que les pauvres qui soient éclairés par l’Esprit Saint. Dès qu’on aime plus son propre pouvoir que la vérité, l’Esprit Saint ne peut plus rien faire de nous. Mais il est difficile de toujours chercher la vérité au-delà du pouvoir !

 

Marie-Dominique Philippe, OP, Suivre l’Agneau I, p. 173.177.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article