Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Gog et Magog, combat eschatologique

J’entendis comme une voix forte de foule nombreuse, dans le ciel, qui disait : « Alléluia ! Le salut, et la gloire et la puissance sont à notre Dieu ; car véridiques et justes, ses jugements ! Car il a jugé la grande Prostituée qui a corrompu la terre par sa prostitution, et il a vengé le sang de ses esclaves en le redemandant de sa main ». Et une seconde fois ils dirent : « Alléluia ! Et sa fumée monte pour les éternités d’éternités ! » Et les vingt-quatre Vieillards et les quatre Vivants tombèrent et se prosternèrent devant le Dieu qui est assis sur le trône, en disant : « Amen ! Alléluia ! » Et d’auprès du trône sortit une voix, qui disait : « Louez notre Dieu, vous tous ses esclaves, vous qui le craignez, les petits et les grands ». Et j’entendis comme une voix de foule nombreuse, et comme une voix de grandes eaux, et comme une voix de puissants tonnerres qui disaient : « Alléluia ! Car il est entré dans son règne, le Seigneur notre Dieu, le Tout-Puissant. Réjouissons-nous, et exultons, et donnons-lui la gloire ; car elle est venue, la noce de l’Agneau, et sa Femme s’est apprêtée, et il lui a été donné de se vêtir d’un lin fin, splendide, pur » – et ce lin fin, ce sont les œuvres de justice des saints. Et il me dit : « Écris : Heureux ceux qui sont appelés au repas de noce de l’Agneau ! » Et il me dit : « Ce sont les paroles véridiques de Dieu ». Et je tombai à ses pieds pour me prosterner devant lui. Et il me dit : « Garde-t-en bien ! Je suis un esclave comme toi et tes frères qui ont le témoignage de Jésus ; devant Dieu prosterne-toi ». Car le témoignage de Jésus, c’est l’esprit de la prophétie.

Gog et Magog, combat eschatologique

Et je vis le ciel ouvert ; et voici un cheval blanc, et celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véridique, et c’est avec justice qu’il juge et fait la guerre. Ses yeux sont une flamme de feu, et sur sa tête de nombreux diadèmes, il a un nom écrit que personne ne sait, sinon lui ; il est revêtu d’un manteau trempé dans le sang, et le nom dont il s’appelle est : le Verbe de Dieu. Et les armées qui sont au ciel le suivaient sur des chevaux blancs, vêtues d’un lin fin, blanc, pur. Et de sa bouche sort une épée acérée, pour en frapper les nations. C’est lui qui les fera paître avec une houlette de fer, et c’est lui qui foule la cuve du vin de la fureur de la colère de Dieu, le Tout-Puissant. Et il a sur son manteau et sur sa cuisse un nom écrit : Roi des rois et Seigneur des seigneurs.

Et je vis un ange debout dans le soleil, et il cria d’une voix forte, disant à tous les oiseaux qui volent au zénith : « Venez, rassemblez-vous pour le repas, le grand repas de Dieu, pour manger chairs de rois, et chairs de capitaines, et chairs de puissants, et chairs de chevaux et de ceux qui les montent, et chairs de tous hommes, libres et esclaves, et petits, et grands ». Et je vis la Bête et les rois de la terre, et leurs armées rassemblées pour faire la guerre à celui qui monte le cheval et à son armée. Et la Bête fut attrapée, et avec elle le Faux prophète qui, par les signes faits devant elle, avait égaré ceux qui avaient reçu la marque de la Bête et ceux qui se prosternaient devant son image. Ils furent tous deux jetés vivants dans l’étang de feu où brûle du soufre. Et les autres furent tués par l’épée de celui qui monte le cheval, l’épée qui sort de sa bouche, et tous les oiseaux se rassasièrent de leurs chairs.

Et je vis un ange descendre du ciel avec la clef de l’Abîme et une grande chaîne dans sa main. Et il saisit le Dragon, le Serpent, l’antique Serpent, qui est le Diable et le Satan, et il le lia pour mille ans. Et il le jeta dans l’Abîme, qu’il ferma et scella sur lui, pour qu’il n’égare plus les nations, jusqu’à ce que fussent achevés les mille ans ; après cela, il doit être délié pour un peu de temps. Et je vis des trônes, et ils s’assirent dessus, et il leur fut donné de juger, et je vis aussi les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et qui n’avaient pas adoré la Bête ni son image, et n’avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main ; et ils reprirent vie et ils régnèrent avec le Christ pendant mille ans. Les autres morts ne reprirent pas vie, jusqu’à ce que fussent achevés les mille ans. Telle est la résurrection, la première. Heureux et saint, celui qui a part à la résurrection, la première ! Sur ceux-là, la seconde mort n’a pas de pouvoir; mais ils seront prêtres de Dieu et du Christ, et ils régneront avec lui pendant les mille ans.

 

Et lorsque seront achevés les mille ans, le Satan sera délié de sa prison ; et il sortira pour égarer les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, les rassembler pour la guerre, eux dont le nombre est comme le sable de la mer… Et ils montèrent sur l’étendue de la terre, et ils investirent le camp des saints et la Ville bien-aimée ; et un feu descendit du ciel et les dévora. Et le Diable, qui les égarait, fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où sont aussi la Bête et le Faux prophète ; et ils seront torturés jour et nuit pour les éternités d’éternités.

 

Et je vis un grand trône blanc et Celui qui y était assis. Et de devant sa face s’enfuirent la terre et le ciel, et il ne se trouva plus de place pour eux. Et je vis les morts, grands et petits, debout devant le trône. Et des livres furent ouverts, et un autre livre fut ouvert, celui de la vie. Et les morts furent jugés d’après ce qui se trouvait écrit dans les livres, selon leurs œuvres. Et la mer donna les morts qu’elle avait, et la Mort et l’Hadès donnèrent les morts qu’ils avaient, et chacun fut jugé selon ses œuvres. Et la Mort et l’Hadès furent jetés dans l’étang de feu. Telle est la seconde mort, l’étang de feu. Et si quelqu’un n’était pas trouvé inscrit dans le Livre de vie, il était jeté dans l’étang de feu.

 

Et je vis un ciel nouveau et une terre nouvelle ; car le premier ciel et la première terre s’en étaient allés, et la mer n’est plus. Et je vis la Ville, la Ville sainte, la Jérusalem nouvelle, qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu, prête comme une épousée parée pour son époux. Et j’entendis, venant du trône, une voix forte qui disait : « Voici le séjour de Dieu avec les hommes, et il séjournera avec eux, et eux seront ses peuples, et Dieu lui-même sera avec eux. Et il essuiera toute larme de leurs yeux ; et la mort ne sera plus ; ni deuil, ni cri, ni douleur ne seront plus ; car les premières choses s’en sont allées ».

Et Celui qui est assis sur le trône dit : « Voici que je fais toutes choses nouvelles ». Et il dit : « Écris, car ces paroles sont fidèles et véridiques ».

 

Apocalypse de saint Jean, 19,1-21,5.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article