Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Amour, gratuité et trahison

Au chapitre 6 de l’évangile selon saint Jean, Jésus annonce qu’il est le Pain de vie. Et l’essentiel de ce qu’il dit là est la gratuité ; celle du don, celle de l’amour : « Le pain de Dieu c’est celui qui descend du ciel et donne la vie au monde » (Jn 6,33). La Source de cette gratuité, de ce don de pur amour, est le Père : « C’est mon Père qui vous le donne » (Jn 6,32). Jésus nous est donné par le Père. Dans l’amour, car la raison du don est l’amour…

Le mystère de l’Eucharistie, que Jésus annonce prophétiquement aussitôt, est le sacrement de cette gratuité de l’amour. L’Eucharistie est le sacrement de la gratuité parce qu’elle est le sacrement de l’amour. Et l’amour ne peut être qu’un don, il réclame d’être gratuit.

 

C’est pourquoi aussi la plus grande brisure, ou la plus intime, est celle qui nous est montrée au chapitre 6 de l’évangile selon saint Jean : « Cette parole est trop dure, qui peut l’entendre? » (Jn 6,60) ; certains disent cela, alors même que Jésus se donne jusqu’au bout et gratuitement, dans un amour plénier, en se révélant comme le Pain de vie donné par le Père.

Amour, gratuité et trahison

C’est là aussi que commence la trahison de Judas, son refus de l’amour et de sa gratuité : « N’est-ce pas moi qui vous ai choisis, vous les Douze ? Et l’un d’entre vous est un diable ! » (Jn 6,70). Un diable : celui qui divise, qui s’oppose à l’amour. La trahison de Judas naît en face de la gratuité, lorsque Jésus se donne comme Pain du Père, lorsqu’il révèle qu’il est totalement donné parce que le Père est Amour et Don.

 

Le mystère de l’Incarnation est d’abord un don d’une gratuité totale : en nous donnant son Fils, Dieu nous a tout donné. Et c’est dans cette intimité, dans cette proximité personnelle de l’amour que le Christ est donné, dans cette gratuité de l’amitié divine… Refuser ce don, le trahir en voulant le mesurer par l’efficacité ou la justice, c’est là la lutte la plus profonde. Dans l’Église, c’est là aussi que le combat demeure le plus sournois, là que Judas lutte en demeurant tapi dans l’ombre… Tous les refus de l’amour, de la gratuité du don et de son absolu, sont fondamentalement le refus du mystère du Père. Les trahisons les plus profondes sont celles qui blessent le Père, parce qu’elles l’atteignent comme source de tout amour et de tout don.

 

Marie-Dominique Goutierre

© www.les-trois-sagesses.org

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article