Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Cette parole est trop dure...

Cimabue, Le baiser de Judas

Cimabue, Le baiser de Judas

Lorsque Jésus annonce, après la révélation du mystère du Pain de vie ("Moi, je suis le Pain de la vie"), le don ultime qu'il fera de lui-même dans le mystère de l'Eucharistie: "Le pain que je donnerai, c'est ma chair", beaucoup de ses disciples le quittent. Ils refusent; ils rejettent Celui qui se donne sans mesure dans l'Amour... Et Jésus avertit que, même parmi ses Douze Apôtres, l'un est un diable (Jn 6,70-71). Judas a refusé cet absolu et cette gratuité de l'Amour, et cela l'a conduit jusqu'à livrer le Christ: à ses yeux, le Christ est allé beaucoup trop loin dans l'Amour et la miséricorde, dans la communication gratuite de l'Amour; c'est trop dangereux. Pourquoi une telle attitude, pourquoi un tel refus des hommes? Un commentaire bref mais percutant du père Marie-Dominique Philippe peut nous aider à le saisir...

 

"Après l'avoir entendu, beaucoup de ses disciples dirent : "Ce langage est trop dur ! Qui peut l'écouter?" (Jn 6,60)Voilà le résultat de cet enseignement qui provient d'un amour pur, d'un amour qui se donne sans compter. Nous avons beaucoup de peine à recevoir l'amour: très vite nous murmurons, nous discutons. Il y a donc un refus: Ce langage est trop dur, alors que c'est un langage de pur amour. Jésus se désarme, et on lui dit que son langage est trop dur; Jésus se donne comme Pain de vie, et on lui dit que son langage est trop dur. Il est trop dur pour l'intelligence de ces hommes qui veulent tout comprendre par eux-mêmes et qui mesurent leur foi à la compréhension qu'ils ont de la parole de Dieu".

 

Marie-Dominique Philippe, Suivre l'Agneau, t. III, p. 54

© Editions Saint-Paul

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article