Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Saint Jean-Baptiste aujourd'hui

Tout jubilé est préparé dans l’histoire de l’Église par la divine Providence. Cela vaut également pour le grand Jubilé de l’An 2000. Dans cette conviction, nous regardons aujourd’hui avec gratitude et sens de la responsabilité ce qui est advenu dans l’histoire de l’humanité à partir de la naissance du Christ, et surtout les événements qui se sont produits entre l’An 1000 et l’An 2000. Mais, d’une façon toute particulière, nous portons un regard de foi sur notre siècle, y cherchant ce qui témoigne non seulement de l’histoire de l’homme mais aussi de l’intervention de Dieu dans les événements humains.

De ce point de vue, on peut affirmer que le Concile Vatican II constitue un événement providentiel par lequel l’Église a commencé la préparation immédiate du Jubilé du deuxième millénaire. Il s’agit en effet d’un Concile semblable aux précédents, et pourtant très différent ; un Concile centré sur le mystère du Christ et de son Église, et en même temps ouvert au monde. Cette ouverture a été la réponse évangélique à l’évolution récente du monde, avec les bouleversements qu’a connus le XXe siècle éprouvé par une première puis une deuxième guerres mondiales, par l’expérience des camps de concentration et d’effroyables massacres. Tout ce qui est arrivé montre plus que jamais que le monde a besoin de purification, qu’il a besoin de conversion.

On dit souvent que le Concile Vatican II marque une époque nouvelle dans la vie de l’Église. C’est vrai, mais en même temps il est difficile de ne pas remarquer que l’Assemblée conciliaire a eu largement recours aux expériences et aux réflexions de la période antérieure, spécialement du patrimoine de pensée de Pie XII. Dans l’histoire de l’Église, le « vieux » et le « neuf » sont toujours étroitement mêlés. Le « neuf » croît sur le « vieux », le « vieux » trouve dans le « neuf » une expression plus accomplie. Ainsi en a-t-il été pour le Concile Vatican II et pour l’activité des Papes liés à l’Assemblée conciliaire, à commencer par Jean XXIII, puis Paul VI et Jean-Paul Ier, et enfin le Pape actuel.

Il est certain que ce qu’ils ont accompli pendant et après le Concile – l’enseignement aussi bien que l’activité de chacun d’eux – a apporté une contribution marquante à la préparation du nouveau printemps de vie chrétienne qui devra être révélé par le grand Jubilé si les chrétiens savent suivre l’action de l’Esprit Saint.

Chartres, portail Nord: Jean-Baptiste désignant l'Agneau

Chartres, portail Nord: Jean-Baptiste désignant l'Agneau

Sans aller jusqu’aux accents sévères de Jean Baptiste quand, au bord du Jourdain, il invitait à la pénitence et à la conversion (cf. Lc 3,1-17), le Concile a manifesté en lui-même quelque chose de l’ancien prophète en désignant avec une nouvelle vigueur aux hommes d’aujourd’hui le Christ, « l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde » (Jn 1,29), le Rédempteur de l’homme, le Seigneur de l’histoire. Au Concile, l’Église, dans le désir d’être pleinement fidèle à son Maître, s’est interrogée sur son identité et a redécouvert la profondeur de son mystère de Corps et d’Épouse du Christ. Se mettant attentivement à l’écoute de la Parole de Dieu, elle a réaffirmé la vocation universelle à la sainteté ; elle a entrepris la réforme de la liturgie, « source et sommet » de sa vie ; elle a donné l’impulsion au renouvellement de nombreux aspects de son existence au niveau universel et dans les Églises locales ; elle s’est impliquée dans la promotion des diverses vocations chrétiennes, de celle des laïcs à celle des religieux, du ministère des diacres à celui des prêtres et des évêques ; elle a redécouvert en particulier la collégialité épiscopale, expression privilégiée du service pastoral exercé par les évêques en communion avec le Successeur de Pierre. Dans le cadre de ce profond renouveau, le Concile s’est ouvert aux chrétiens des autres Confessions, aux membres des autres religions, à tous les hommes de notre temps. Dans aucun autre Concile on n’a parlé avec autant de clarté de l’unité des chrétiens, du dialogue avec les religions non chrétiennes, du sens spécifique de l’Ancienne Alliance et d’Israël, de la dignité de la conscience personnelle, du principe de la liberté religieuse, des différentes traditions culturelles au sein desquelles l’Église accomplit sa tâche missionnaire, des moyens de communication sociale.

Une grande richesse de contenu et le ton nouveau, inconnu jusqu'alors, avec lequel les questions ont été présentées par le Concile constituent comme une annonce de temps nouveaux. Les Pères conciliaires ont parlé le langage de l’Évangile, le langage du Discours sur la montagne et des Béatitudes. Dans le message du Concile, Dieu est présent dans sa seigneurie absolue sur toutes choses, mais aussi comme garant de l'authentique autonomie des réalités temporelles.

 

S. Jean Paul II, Lettre apostolique Tertio Millennio adveniente, n° 17-20

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article