Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Le retour de Ponce Pilate

On n’a pas oublié qui est Ponce Pilate.

C’est un homme intelligent, professionnellement compétent et soucieux d’être un bon fonctionnaire. Il est clairvoyant, sensible au bien, désireux d’être juste. Mais il est faible, versatile, opportuniste. Il parle le langage d’un juge honnête et d’un homme de devoir. Mais se laissant conseiller par le désir de plaire, il va de concession en concession et devient finalement un homme méprisable et malfaisant. Dans le secret de sa conscience, il estimait Jésus de Nazareth. Il le savait innocent. Il eût été content d’arriver a le sauver. Mais il a peur de l’impopularité. Alors il hésite, tergiverse, essaie de gagner du temps, prend des faux-fuyants. Il fait châtier Jésus. Toutefois, en mettant ainsi le doigt dans l’engrenage de l’injustice et du mal, il y passera tout entier. D’abandon en abandon, il est amené à libérer le brigand et à faire crucifier « l’Innocent » qui dérange. Et il s’en lave les mains.

Le retour de Ponce Pilate

Ponce Pilate ne risque-t-il pas de revenir ? N’est-il pas déjà parmi nous ? On le trouve dans tous les pays et dans tous les camps, partout ou « l’Innocent » continue de déranger.

Beaucoup d’hommes sont devenus semblables à Ponce Pilate, des hommes comme lui capables d’influence, comme lui intelligents, pleins de bonnes intentions, désireux de bien faire et qui n’ont pas peur de parler ou d’agir quand cela ne comporte aucun risque. Mais lorsqu’il s’agit de faire un choix difficile, de redresser une situation, ils cherchent  comme Pilate des alibis. Ils se disent que, pour garder de l’influence, il faut savoir faire des concessions ; il ne faut pas déplaire même à ceux qui ont tort. Ils appellent patience ce que d’autres appellent faiblesse et lâcheté. Certains d’entre eux se réfugient même derrière la recommandation du Christ de ne pas arracher l’ivraie trop tôt. Or, dans cette parabole, le Sauveur ne veut pas du tout encourager l’attentisme et le manque de caractère. La pointe de la parabole, c’est l’insistance sur le caractère progressif de la croissance et de l’universalité du Royaume.

Il ne faudrait pas oublier qu’en fin de compte le christ « doux et humble » a été un grand lutteur. C’est avec vigueur qu’il a combattu l’abus des richesses, la duplicité des pharisiens, les méfaits du formalisme. La vie tout entière du Christ – comme celle des prophètes – fut un risque permanent, un témoignage courageux, et c’est à cause de cela qu’on le mit à mort, comme les prophètes.

Tandis que ceux qui imitent Ponce Pilate cherchent avant tout à se protéger. Mais comme Pilate ils trahissent… et s’en lavent les mains.

En beaucoup d’entre nous, Ponce Pilate renaît à certains moments. Parce qu’il est confortable d’être superficiel ou parce que nous avons peur, nous refusons de reconnaître la multiplicité des niveaux que nous portons en nous et de rejoindre courageusement cette profondeur de conscience où l’on découvre le chemin exigeant vers la Vérité et la Vie.

Le procès du Christ continue. Il doit nous empêcher de dormir.

 

Léon Arthur Elchinger, 1975

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article