Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les trois sagesses

Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne (Jn 21)

Résurrection

La Résurrection - Vitrail d'I. Tabin-Darbellay, Saint-Jodard

La Résurrection - Vitrail d'I. Tabin-Darbellay, Saint-Jodard

 Marie a accepté d’être seule en face du Père. Le désir de son cœur était tellement fort, sa soif du mystère de la résurrection telle que Jésus n’a pas pu tarder, il est ressuscité durant la nuit. Marie est seule, oui seule, elle est une avec son Jésus glorifié et elle vit de la gloire du Père, de sa splendeur, de son amour. Cet amour est tellement fort, tellement grand, tellement profond, il prend tout le cœur de Marie.

Le cœur de Marie est un grand silence : il reçoit la gloire de Jésus et vit de la gloire de Jésus. Et Dieu respecte ce silence de Marie.

Il faut qu’il y ait ce cri d’alarme de Marie-Madeleine devant ce grand silence de Marie avec Jésus, ce silence impénétrable pour une créature humaine, parce qu’il est entièrement divin et qu’il est produit par la surabondance d’amour du Père pour son Fils. Toute l’Église c’est Marie qui vit de la Résurrection. La grande grâce du matin de la Résurrection, c’est d’être conduits par Marie-Madeleine au lieu où Jésus est enterré et redécouvrir là une foi toute nouvelle dans la Résurrection. C’est de cette foi que nous devons vivre aujourd’hui, pleinement, jusqu’au bout, d’une foi qui nous renouvelle, nous refait et nous donne un nouvel élan d’amour.

 

Marie-Dominique Philippe, OP (1912-2006)

Pâques 2006 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Les trois sagesses


Voir le profil de Les trois sagesses sur le portail Overblog

Commenter cet article